FORMATION PRO - La comédie à l'anglaise : ce que le "Musical" a apporté à l'acteur

Formation
Du 14 au 25 octobre 2024
Inscriptions jusqu'au 13 septembre 2024
Marseille
Avec Olivier Fredj et Anouk Viale
Stage La comédie à l'anglaise : le musical

Afin d’être maitre de son jeu, l’acteur doit intégrer ou consolider sa capacité à coordonner simultanément différentes injonctions et contraintes de jeu. Et à le faire sans état d’âme, le plus souvent dans des mises en scènes réalisées en un temps record. C’est avec cet objectif qu’il est utile d’emprunter aux techniques des créations lyriques.

Le chanteur sait le sens de son texte, souvent dans une langue étrangère, le chante, joue avec ses partenaires. Ses déplacements sont le plus souvent imposés et intégrés dans ceux de 50 à 100 personnes avec qui il partage la scène. Il meurt en douze mesures et pas une de plus, le tout en regardant du coin de l’œil un chef d’orchestre de manière à assembler sa voix à celles des dizaines d’instruments qui jouent avec lui.
En partant des réalités de l’opéra, il s’agira d’aborder la question du temps : du temps imposé par l’autre ou par la musique, puis du rythme et de son impact direct sur le jeu ; il s’agira également d’emprunter au chanteur les méthodes de connaissance de sa voix et de ses possibilités, ses extrêmes, sa puissance et son placement, le goût de sa voix et l’usage de sa consonne.

L’objectif du stage est de travailler l’endroit de la coordination simultanée entre le corps, son déplacement, le rythme et la tonalité de la voix, la relation au partenaire et le temps imposé afin de permettre à l’acteur de développer l’interprétation d’un personnage dans une partition donnée. Il s’agira de dégager une liberté de jeu par une approche et des techniques pratiques des réalités d’une création.

Objectifs pédagogiques :

- Cartographier ses capacités corporelles et vocales
- Appréhender une situation dans sa globalité et identifier une méthodologie adaptée
- Placer et jouer avec les extrêmes de sa voix
- Décomposer l’espace et prendre des repères clés dans une scénographie et dans un lieu
- Traduire les contraintes imposées en contraintes choisies

MODALITÉS

Du 14 au 25 octobre 2024 à Marseille
Formation entièrement en présentiel
Durée du stage :
10 jours / 70 heures
Public concerné : comédien·ne·s professionnels à l'aise en lecture et ayant une bonne diction
Conditions d'accès : avoir des droits à la formation disponibles auprès de l'AFDAS (autres financements : nous contacter)
Tarifs : nous contacter
Informations & inscription : formationpro@lareplique.org / 04 26 78 12 80
Date limite d'inscription : vendredi 13 septembre
Dans un souci d'inclusion et d'amélioration de notre accessibilité, nous vous invitons à signaler d'éventuelles situations de handicap afin que nous puissions en tenir compte au mieux.

Intervenant(s)
Olivier Fredj

Olivier Fredj emprunte une grande variété de voies qui le mèneront finalement à l’opéra, après avoir été coordinateur de missions pédagogiques et sociales en Europe et en Afrique du Sud puis journaliste culturel.
Il rejoint ensuite le Studio Théâtre 
d’Asnières puis l’Opéra-Comique en tant que régisseur général notamment avec William Christie, Adrian Noble ou John Eliott Gardiner.
En 2010 commence sa collaboration avec Robert Carsen avec My Fair Lady dont il assure les reprises au Mariinski et au Lyric Opera de Chicago. Il l’assistera sur Rigoletto de Verdi en 2013 au Festival d’Aix en Provence et pour ses reprises au Grand Théâtre de Genève et au Bolchoï à Moscou.
Au Festival d’Aix-en-Provence, il assistera également Simon McBurney pour
 Die Zauberflöte en 2014 qu’il reprend en juillet 2018. Enfin, il assiste Robert Carsen et assure les reprises de Singin’ in the Rain au Théâtre du Châtelet, au Grand Palais et à Chicago en juin 2021.
Toujours au Châtelet, il assiste Lee 
Blakeley pour Sweeney Todd, remonte la production de The Sound of Music et collabore avec Fanny Ardant pour mettre en scène Passion de S. Sondheim en 2016.
En 2015, il signe sa première mise en scène d’opéra avec
 Il Re Pastore de Mozart au Théâtre du Châtelet. Puis en 2016, crée Macbeth de Verdi à l’Opéra Royal de La Monnaie à Bruxelles et au Teatr Wielki de Poznan.
En avril 2017, il signe le Gala d’ouverture de la Seine Musicale et met en scène en 2018 
Funeral Blues, the MissingCabaret (Auden/Britten), qu’il reprend en 2019 au Théâtre des Bouffes du Nord.
En 2018-19, au Théâtre Marigny, il met en scène
Bonsoir de et avec Frédéric Mitterrand, interprète Le Prince dans Peau d’âne. Il met en espace Der Freischütz au Theater an der Wien pour Insula Orchestra.
Il conçoit et met en scène
Watch, Voyages Divers pour l’orchestre de Chambre de Paris, avec Shani Diluka et Matias Aguayo, un projet participatif réalisé avec l’hôpital de la Pitié Salpétrière, le Centre pénitentiaire de Meaux, le Samu Social de Paris et l’Ehpad Hector Berlioz, ainsi que la Maison de la Poésie et la MC93.
Cela l’amènera à créer Paradox Palace 
et à présenter au Théâtre du Châtelet WATCH, réponse festive à des temps fatigués en septembre 2022, puis FLOUZ, cirque financier en 2023.
En 2020-21, après 
Le Voyage dans la Lune de Jacques Offenbach pour l’Opéra de Montpellier, il conçoit et réalise pour La Monnaie à Bruxelles, The Queen and her favourite et The King and his favourite, deux concerts pour une spectatrice retransmis en direct sur des œuvres bel canto de Rossini et Donizetti.
Enfin, il met en scène Tosca de Puccini à l'Opéra de Lille
, pour qui il signe également avec Lille 3000 une journée de concert à vélos avec L’orchestre des Forces Majeures.
En 2022-23,
 son Voyage dans la Lune s’est produit à Rouen, Massy, Reims, Metz, Avignon et Neuchâtel. Il met en scène La Décision, de Brecht et Eisler à La Philharmonie de Paris et la création de Bastarda, d’après G. Donizetti à La Monnaie de Bruxelles, un opéra-série en six épisodes autour du personnage d’Élisabeth Ier et sa version en série tv pour Arte.tv.
Enfin la saison 23-24 verra la création d’
Orfeo de Monterverdi au festival Monteverdi de Cremone en Italie.

Anouk Viale

Anouk Viale est une artiste pluridisciplinaire. Comédienne, danseuse, chorégraphe, elle aime bousculer les frontières et mélanger les genres. Attirée par des créations aux univers artistiques multiples, elle aime passer du jeu à la danse, en passant par l'interprétation et la chorégraphie.
Elle se forme en danse classique, jazz, claquettes et contemporain. Elle étudie le piano, la batterie, la trompette et le chant, et suit également des cours de théâtre. Diplômée du Conservatoire National de Grenoble en Art Dramatique, elle obtient en parallèle son Diplôme d’Etat en Danse, discipline qu'elle enseigne pendant 2 ans, avant de ne se consacrer qu'à la scène. Ne sachant choisir entre la danse et le théâtre, elle choisit de ne pas choisir, et mène de front ses deux disciplines, indissociables à ses yeux.
En danse, elle travaille avec plusieurs compagnies, notamment au Centre Chorégraphique National de Grenoble alors dirigé par Jean-Claude Gallotta, se produit dans la comédie musicale « My Fair Lady » au Théâtre du Châtelet, mise en scène par Robert Carsen, et danse également pour Marie-Claude Pietragalla dans « Lorenzaccio », création alliant danse/théâtre, et mis en scène par Daniel Mesguich.
En théâtre, le metteur en scène Nicolas Briançon la choisi pour jouer dans deux de ses spectacles : « Le Songe d’une nuit d’été » au Théâtre de la Porte St Martin à Paris, avec Lorànt Deutsch et Mélanie Doutey, et « Paris Broadway », joué au Festival d’Anjou à Angers. Elle joue également au Théâtre du Splendid dans « Black Comedy » aux côtés d’Arthur Jugnot. Egalement chorégraphe, Anouk Viale signe les chorégraphies de « Nuit d'ivresse », pièce de théâtre écrite par Josiane Balasko, remontée au Théâtre de la Michodière à Paris. Le metteur en scène Steve Suissa fait appel à elle pour chorégraphier « Ich Bin Charlotte », seul en scène interprété par Thierry Lopez. Elle se frotte également à l'opéra, et c'est le metteur en scène Olivier Fredj qui la sollicite pour créer les chorégraphies du célèbre opéra « Le Voyage dans la lune » de Jacques Offenbach.
Dernièrement, elle a fait les chorégraphies de la pièce de théâtre « Oublie-moi », mise en scène par Thierry Lopez et Marie-Julie Baup, qui a reçu 4 Molières en 2023.
Toujours dans sa quête de rencontres, de nouveauté et de mélange des genres, cette fois-ci c’est Jean-Paul Gaultier qui la choisi pour jouer la meneuse de revue déjantée dans son spectacle le « Fashion Freak Show ». Mis en scène par Tonie Marshall et chorégraphié par Marion Motin, le spectacle va rester à l'affiche pendant 9 mois au théâtre des Folies Bergère à Paris, et partir en tournée à l'international.
Dernièrement, c’est la metteuse en scène Mathilda May qui la choisi pour jouer dans sa nouvelle création « Make-up », au Théâtre Marigny.
Toujours passionnée par l’enseignement et la transmission, elle donne régulièrement des stages et des ateliers de danse, pour danseurs ou comédiens.